Prés salés

Les marais salants – Hier et aujourd’hui

Cela fait des siècles que les gens se servent et profitent des marais salants, à Pubnico couramment appelés les prés salés. Avant l’arrivée des Européens, les Premières nations et en particulier les Mi’kmaq récoltaient des mollusques et des crustacés dans les marais. Dans les vestiges de leurs campements d’il y a plusieurs milliers d’années, on a ainsi retrouvé des piles de restes de mollusques et crustacés, comme des bigorneaux.

Aujourd’hui, les gens visitent les marais salants et les vasières adjacentes dans le cadre de leurs loisirs : pour étudier la nature, pour pêcher des coques, pour chasser du gibier et pour pêcher des poissons.

Bon nombre des plantes qui poussent dans les marais salants sont encore utilisées de nos jours. Les Acadiens récoltent le plantain maritime. Les Mi’kmaq utilisent l’hierochloé odorante ou « foin d’odeur », au parfum évoquant la vanille, qu’on retrouve dans les marais salants et qui leur sert lors de leurs cérémonies spirituelles et pour fabriquer des paniers.

Formation

Les marais salants se forment en raison de l’interaction entre les organismes vivants et les forces naturelles exercées par le vent, les courants, les tempêtes, les marées et le sel.

Caractéristiques physiques

Glace

En hiver, le marais salant est en bonne partie recouvert de glace. Cette glace protège le marais des variations du climat. Lorsque la glace se brise au printemps, il arrive que des pans entiers du marais salant soient déplacés dans d’autres écosystèmes côtiers. Les herbes des marais sont souvent coupées jusqu’à la base par l’effet coupant de la glace.

Sel

Avec le mouvement quotidien des marées, la salinité change constamment. L’eau salée se mélange à l’eau douce des rivières, des ruisseaux, de la pluie et de la fonte des neiges. Lorsque l’eau douce dilue l’eau salée, on dit que l’eau est saumâtre.

Marées

Les marées peuvent entraîner une érosion. Elles déposent et elles emportent des matières organiques et des nutriments. Les grands vents et les marées de tempête peuvent également entraîner une érosion et emporter des sédiments et des plantes. Les oiseaux des rives se nourrissent à marée basse et restent perchés à marée haute.

Les animaux et les plantes qui vivent dans le marais salant profitent des bienfaits d’un écosystème qui est riche en sources d’alimentation. Ils se sont adaptés aux variations de la salinité, à la température plus douce de l’eau et aux marées.

Plantes

Les plantes produisent des matières organiques, qui deviennent à leur tour une source d’alimentation pour d’autres espèces ou qui se décomposent en nutriments. Une fois que la spartine pectinée qui pousse dans l’eau salée s’est établie dans un marais, d’autres plantes qui aiment l’eau salée suivent le mouvement. Ces plantes sont dites « halophytes » et ont la propriété bien particulière de pouvoir excréter l’excédent de sel ou retenir l’eau.

Oiseaux

On voit souvent des oiseaux des rives se nourrir dans les vasières des marais salants. Leur nombre atteint son maximum pendant la migration d’été et d’automne. On en voit des milliers à marée basse, qui se nourrissent d’organismes invertébrés vivant dans la vase.

Il arrive également très souvent qu’on voit de grands hérons et d’autres oiseaux cherchant de la nourriture dans les ruisseaux, les canaux et les vasques des marais salants. Certains oiseaux comme les canards noirs font leur nid dans les marais salants et on les voit piquer dans l’eau pour se nourrir. D’autres oiseaux de marais se nourrissent dans ce milieu à l’automne et en hiver.

De la mi-juin au début du mois d’août, on voit souvent la sterne pierregarin dans les marais, qui plonge dans l’eau à la recherche d’aliments pour ses petits. Depuis ce poste d’observation particulier, on voit aussi à l’occasion la sterne arctique et même la sterne de Dougall, qui est une espèce en voie de disparition et qui pique dans l’eau à la recherche de nourriture.